Return to site

Élan de Liberté sur les Quais de Seine

Cette journée-là ouvrait l’horizon sur de belles rencontres : de chouettes entrepreneurs, des projets sympas comme Goodeed, une application de dons gratuits ; Waimer, une plateforme de co-création artistique en ligne ; ou encore NUMA, un espace de co-working où j’ai pu prendre un café au milieu d’un tourbillon de trublions qui ont mille idées à la minute. Et c’est beau à voir !

C’est après toute cette belle énergie que j’ai voulu descendre prendre l’air sur les quais de Seine, vers 16h. Avenue de l’Opéra, Jardin des Tuileries, ah Paris… Je prolonge vers les quais de Seine et tout ça m'donne envie d’aller causer un peu à la Dame de Fer avant d’aller taper quelques scotchs au bar de notre 1er Apéro NoBullShit (yes, we did it !)

Et là, un shooting mode vole la vedette à Eiffel : un mannequin, des flashs, du monde… Forcément, je ne peux pas m’empêcher : je dégaine le portable pour capter quelques photos. Et c’est là qu’un mec me tombe dessus et m’aborde sur un ton vraiment pas cool… « C’est confidentiel, vous comprenez ? » et après dans ma tête, ça n’a fait que ça : « blablabla… »

Sauf que… non, ça ne me convient pas vraiment à vrai dire. Le mec me prive d’une de mes valeurs les plus fondamentales : ma liberté. Pour calmer un peu le truc, je joue la carte de l’humour : « J’allais juste l’envoyer à 2 potes… C’est peut-être quelqu’un de connu ?! ». Il me répond du tac au tac et d'un ton ferme « Non, le client est là, faut que ça reste confidentiel. » Point.

Le mec n’y met pas les formes, et ça m’agace. Je fais quoi ? Je range mon téléphone et tourne les talons ou est-ce que je prends quand même la photo en le regardant droit dans les yeux, vous voyez le genre ? Histoire de… d’en remettre une couche ! Alors je lui balance sans me démonter et pas peu fier un « Monsieur, je n’ai pas entendu le « s’il vous plaît ». Moi, le provoquer ? Du tout ;-)

Son dernier mot « Allez c’est bon quoi ! » me montre qu’il reste borné et campe sur ses positons. Alors je prends la photo (oui, quand même !) et lui souhaite une bonne soirée. Au final, je n’ai rien gagné parce que la photo, au final, c’était loupé ! Mais cet accès de liberté m’a fait un bien fou ! J’aurais bien voulu la jouer façon aristo moi aussi du genre « Tu sais qui je suis ? Le petit-fils de Lagerfeld » mais là, ça aurait été carrément BullShit !

Allez, je continue vers notre 1er apéro NoBullShit avec un grand smile aux lèvres...

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly